Moelleux au chocolat

Publié le Mis à jour le

Il y a quelques années de cela, j’avais reçu de monsieur Kiwipatate un joli petit coffret  : « La boite tout choco des paresseuses ! » contenant tout un tas de fiches-recettes super amusantes.

J’avais pour objectif de tester chacune des recettes de la boite… et puis entre-temps d’autres idées me sont venues, d’autres pâtisseries et pleins de bouquins qui sont venus squatter ma bibliothèque !

La pauvre a donc été laissée de côté… cependant je ne l’ai toutefois pas oubliée car j’avais quand même testé quelques recettes qui m’avaient beaucoup plues : dont celle du moelleux terriblement moelleux !

Alors ce moelleux, je peux vous dire qu’il m’en a fait voir des vertes et des pas mûres !

J’ai même fini par croire que je ne le réussirais plus jamais, je m’étais même résignée à garder l’article tout poussiéreux datant de 2014, avec sa photo non moins glamour de moelleux posé sur une assiette, elle-même posée sur ma cuisinière et prise en soirée : la totale !

Car oui je l’ai refait, pleins de fois à devoir terminer un gâteau tout sec, trop cuit, au goût de chocolat qu’on a laissé un peu trop longtemps sur le feu, pleins de fois où monsieur Kiwipatate m’a fusillé du regard en me disant : « non, me dis pas que tu as encore refait ton moelleux ?« 

A chaque fois j’ai modifié des trucs, j’ai voulu tenter d’autres techniques, diminuer des ingrédients ou au contraire les augmenter… et à chaque fois c’était le gros flop !

Pourquoi une parfaite réussite au premier essai et désormais des moelleux terriblement pas moelleux du tout… ??

Mais c’était sans compter que je ne lâche pas si facilement l’affaire, ça et aussi ma passion pour les gâteaux au chocolat !

Et justement j’avais très envie de quelque chose de bon, de chocolaté et je n’avais plus rien dans mes placards (pour le peu que j’achète encore… c’était la dèche !) et j’ai osé le retenter !

Pour tout vous dire, je me suis quand même tâtée… mais vu que je vous poste la recette ça doit vouloir dire que c’était une bonne idée et que j’ai bien fait de ne pas baisser les bras !

C’était même une excellente idée car ce moelleux était hyper bon, très léger, avec un bon goût de chocolat comme je l’adore … mon petit gars m’a dit qu’il était délicieux et a voulu en reprendre un deuxième morceau (pourtant il est devenu très exigeant comme son papa -> ça promet ! >_<)

Pour ce qui est de toute cette série de ratages, il faut admettre que si faire un gâteau au chocolat peut paraître hyper simple, dans les faits bien le réussir est une toute autre paire de manches !

-> C’est comme pour la mousse au chocolat… il y a peu d’éléments à mélanger entre eux mais si tu fais ça n’importe comment tu obtiens une mousse super compacte qui te plombe l’estomac pour toute la soirée !

Et quand on regarde certaines photos de gâteaux au chocolat sur le net, on voit souvent que la croûte du gâteau est trop foncée, que c’est légèrement (ou carrément trop) surcuit et que la mie est très compacte !

Alors qu’est-ce qu’il faut faire ? Ne pas faire ? Quelle technique ? Je vous dis tout !

Premièrement : on fait fondre le chocolat en douceur : si on maîtrise parfaitement, on peut le faire au micro-ondes, mais il faut y aller progressivement car si on brûle le chocolat d’entrée, c’est mort !

Ne croyez pas qu’on ne retrouvera pas ce petit goût de brûlé… on le sentira tout de suite !

Si on ne le sent pas trop on fait au bain-marie, c’est encore ce qu’il y a de plus sûr même si c’est forcément un peu plus long !

Deuxièmement : on attend que le chocolat redescende en température avant de l’ajouter au reste des ingrédients… sinon c’est le choc thermique = chocolat qui se solidifie, qui fait des morceaux… si au moins on voulait faire une stracciatella mais même pas !

Troisièmement : LE MOULE… oui la taille du moule a une importance capitale !

Plus le moule sera grand et haut, plus il y aura une densité de pâte et plus la cuisson sera compliquée à maîtriser, c’est d’autant plus vrai pour une pâte avec du chocolat !

Le chocolat cuit beaucoup plus vite, en tout cas c’est que j’ai toujours constaté avec mes gâteaux !

Je me suis entêtée pendant des années à vouloir le réaliser dans un grand moule… et là il a suffi d’un plus petit pour que la cuisson soit juste parfaite !

Quatrièmement : la cuisson… c’est elle qui sera la touche finale de votre « oeuvre d’art » ou qui tuera votre gâteau !

Il faut trouver un juste milieu : il doit cuire doucement pour ne pas que l’extérieur noircisse et que l’intérieur soit cru : surtout si votre gâteau est grand et très haut !

Si vous le gardez encore légèrement sous-cuit  (légèrement car le but n’est pas d’obtenir un coulant !) il sera super moelleux… d’ailleurs il vaut parfois mieux cuire un peu moins longtemps que trop !

J’espère qu’avec tout ça, vous réussirez des supers moelleux pour régaler toute la famille !

N’hésitez pas à l’accompagner de crème vanille, de chantilly, de glace : on est gourmand ou on ne l’est pas !

◊  Une balance
◊  Un moule de 18 cm de ∅ et de 6 cm de hauteur
◊  Une robot pâtissier + fouet ou un batteur électrique
◊  Une maryse
◊  Un tamis
◊  (facultatif) un thermomètre de cuisine

◊  145 g de chocolat noir à 61 %
◊  55 g de chocolat au lait
◊  120 g de sucre en poudre
◊  125 g de beurre
◊  4 œufs
◊  1 blanc d’oeuf
◊  125 g de farine T 55
◊  7 g de levure chimique (j’utilise désormais de la poudre à lever sans phosphate)
◊  1 pincée de fleur de sel

1. Faire fondre les 145 g de chocolat noir, les 55 g de chocolat au lait et les 125 g de beurre coupé en morceaux au bain-marie.

2. Séparer les blancs des jaunes : vous utiliserez au total 4 jaunes et 5 blancs !

-> je sais que ce pauvre jaune d’œuf lâchement abandonné nous met un peu en galère mais je mets toujours un petit peu plus de blanc pour que la pâte soit très onctueuse : c’est important !

3. Fouetter les jaunes avec les 120 g de sucre pendant 5 minutes.

4. Attendre que le chocolat redescende à 30 – 35°c : si vous n’avez pas de thermomètre prévoyez une bonne quinzaine de minutes, puis l’ajouter au mélange jaunes/sucre.

5. Ajouter ensuite la farine et la levure tamisées et la pincée de fleur de sel.

6. Monter les blancs en neige, puis en prélever deux cuillères et les incorporer au mélange précédent en remuant vivement dans un premier temps : pour détendre la pâte.

7. Incorporer le reste des blancs très délicatement à la maryse.

8. Beurrer et fariner le moule, y verser la pâte et cuire le tout dans un four préchauffé à 180°c chaleur tournante, pendant 30 minutes.

9. Laisser refroidir sur une grille.

Notes :

Si votre four chauffe fort ou si votre moule est plus grand que le mien, diminuer la température et prolonger le temps de cuisson.

Quand vous vérifierez la cuisson à l’aide d’un couteau : la pointe ne doit pas forcément ressortir trop sèche : si elle est très légèrement collante, vous pourrez arrêter la cuisson.

Source : La boite tout choco des paresseuses, d’Olivia Toja

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Moelleux au chocolat »

    lefestindedan a dit:
    10 août 2018 à 21 h 16 min

    miam!! j en veux!! tu es bien courageuse de cuisiner par ce temps!! bises

    Aimé par 1 personne

      kiwipatate a répondu:
      10 août 2018 à 21 h 36 min

      Coucou ma belle ❤ Tu es la bienvenue pour le goûter mais pour toi je ferais quelque chose de plus élaboré ❤

      Sinon pour le temps comme ça a chuté ça va : 23°c aujourd'hui et j'en suis bien contente car je n'en pouvais plus !

      Gros bisous et passe une très belle soirée =)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s